Conference Agenda

Overview and details of the sessions of this conference. Please select a date or location to show only sessions at that day or location. Please select a single session for detailed view (with abstracts and downloads if available).

Please note that all times are shown in the time zone of the conference. The current conference time is: 7th Aug 2022, 09:17:13pm CEST

 
 
Session Overview
Session
3AEK1
Time:
Saturday, 06/Nov/2021:
9 am CET

Location: Plenary

Main Zoom room

External Resource:
Show help for 'Increase or decrease the abstract text size'
Presentations

Puissance de la Reconnaissance

Claire Héber-Suffrin

RERS

De la reconnaissance, des reconnaissances multiples et diverses quant à leurs formes, leurs origines, leurs dimensions et leurs effets, nous avons tous eu besoin d'en recevoir pour nous construire personnellement, pour créer de belles relations et pour nous situer dans notre société. Nous pourrions reconnaître que nous avons tous encore le désir d'en recevoir, la reconnaissance étant alors un puissant ferment d'action, de réflexion, d'engagement, d'apprentissage. Nous pourrions comprendre que nous avons tous la capacité et la légitimité d'en offrir. Le faisons-nous ? Pourquoi sommes-nous si réticents à offrir cette reconnaissance, pourquoi ne l'osons-nous pas davantage, pourquoi l'enfermons-nous trop souvent dans la seule logique d'outil ? Nous pourrions continuer à comprendre ensemble la puissance de la reconnaissance, mais aussi la délicatesse qu'elle nécessite pour éviter les risques de manipulation, la finesse de son expression pour qu'elle soit acceptable et désirable par celle ou celui à qui elle est adressée. Nous pouvons, nous devrions, souhaiter apprendre à faire de la reconnaissance un outil d'accompagnement mais aussi un mode de compagnonnage, une façon d'être et de se relier, un chemin d'humanisation. Cet ouvrage peut aider à comprendre et à apprendre l'importance de la reconnaissance dans nos vies personnelles, nos vies professionnelles et militantes, notre vie en société. Il favorise des questionnements partagés sur les façons d'être, de faire, de dire et d'analyser la reconnaissance. Il ouvre des voies d'expérimentations dans nos cheminements individuels, nos projets collectifs et notre démocratie.

Note de lecture de l’ouvrage Puissance de la reconnaissance. Chemin d’humanisation réciproque

Par Gaston Pineau

(extrait)

L’ouvrage de Claire Héber-Suffrin, Puissance de la reconnaissance. Chemin d’humanisation réciproque, se situe entre la mise en culture :
- d’un puissant concept philosophique - La Reconnaissance. Histoire contemporaine d’une idée (Honneth, 2000).

- et celle de pratiques émergentes et effervescentes - Pratiquer la reconnaissance des acquis de l’expérience : enjeux, modalités, perspectives (Liétard, Piau, Landry, coord. 2017).

Le voyage spécifique d’exploration auquel elle nous invite, s’inspire des deux, de cette idée et de ces pratiques très complexes. L’originalité de l’ouvrage est le rapprochement entre reconnaissance et réciprocité. Ces deux notions ne seraient pas semblables, mais différentes et complémentaires. La puissance de la reconnaissance ne s’actualiserait que par une réciprocité humanisante. Le chemin de cette réciprocité humanisante ne s’ouvrirait que grâce au pouvoir de la reconnaissance.

À quel voyage étonnant et détonnant Claire nous invite-t-elle encore? Continuerait-elle à lever des horizons nouveaux, après cinquante ans d’histoire de vie intense et féconde du Mouvement des Réseaux d’Échanges Réciproques de Savoirs (MRERS) et la production de plus d’une vingtaine d’ouvrages pour en détecter et faire reconnaître les acquis ? Loin de s’émousser, sa créativité se déploierait-elle avec l’âge ? Ses acquis passés renforceraient- ils son ouverture au présent pour en faire un tremplin vers l’avenir ? Incarnerait-elle cette triple fonction de conjugaison de la reconnaissance pour conquérir son temps : éprouver le passé, intensifier le présent, ouvrir l’avenir? Triple fonction que développe magnifiquement la troisième partie de son livre. Celui-ci ne serait-il pas le chef-d’œuvre, le produit éprouvé, l’accomplissement d’une expérience pacifiée de reconnaissance mutuelle ? « L’alternative à l’idée de lutte dans le procès de reconnaissance mutuelle est à chercher dans des expériences pacifiées de reconnaissance mutuelle, reposant sur des médiations symboliques soustraites tant à l’ordre juridique qu’à celui des échanges marchands; le caractère exceptionnel de ces expériences, loin de les disqualifier, en souligne la gravité, et par là même en assure la force d’irradiation et d’irrigation au cœur même des transactions marquées du sceau de la lutte» (Ricoeur, Parcours de la reconnaissance, 2004, p. 319).

[...]



La Reconnaissance au Coeur du Pouvoir d’Agir — et Réciproquement !

André Chauvet

André Chauvet Conseil

[qu'est-ce que le pouvoir d'agir] De façon très générale, on pourrait le formuler ainsi : permettre aux personnes et aux collectifs d’être en mesure de prendre leur destin en main. Ainsi l’empowerment peut se définir comme la capacité des personnes et des communautés à exercer un contrôle sur la définition et la nature des changements qui les concernent.

Alors, au-delà de cette intention, générale et consensuelle, ce que l’on retrouve de commun dans ces approches, c’est bien la reprise du contrôle sur sa propre vie. Yann Le Bossé, professeur au département des fondements et pratiques en éducation de l'Université Laval au Québec définit ce qu’il a intitulé DPA « Développement du pouvoir d’agir » ainsi : Un processus de gain de contrôle sur ce qui est important pour soi, ses proches ou la collectivité à laquelle on s’identifie. Et plus loin il précise : c’est la possibilité de réguler les évènements de sa vie, d’avoir un impact sur ce qui nous arrive.

Il y a donc dans ces différentes déclinaisons une même idée : une dimension de contrôle, de reprise en main des leviers qui relèvent de la personne. Cela a un impact sur le rôle et la posture du professionnel. Il n’est pas (plus) celui qui sait pour l’autre (quel que soit son niveau d’expertise), mais celui qui facilite la prise en main, par la personne de ce qu’elle peut faire au regard de ce qui a de la valeur pour elle. Ce qui nous rapproche de la notion de capabilities développée par l’économiste indien Amartya Sen : ce ne sont pas les ressources qui sont uniquement la question, l’enjeu est de faciliter l’utilisation de ces ressources pour aller vers quelque chose qui a de la valeur pour la personne : en somme liberté d’action et capacité à faire. Définition qui rejoint celle de l’agentivité : la capacité des individus à être des agents actifs de leur propre vie, c'est-à-dire à exercer un contrôle et une régulation de leurs actes.

[...]

Extrait de Développer le pouvoir d’agir en accompagnement et en formation ? ce qui se cache derrière les mots publié sur le site EPALE.

https://epale.ec.europa.eu/fr/blog/developper-le-pouvoir-dagir-en-accompagnement-et-en-formation-ce-qui-se-cache-derriere-les



 
Contact and Legal Notice · Contact Address:
Privacy Statement · Conference: ePIC 2021
Conference Software - ConfTool Pro 2.6.144
© 2001–2022 by Dr. H. Weinreich, Hamburg, Germany