Conference Program

Overview and details of the sessions of this conference. Please select a date or location to show only sessions at that day or location. Please select a single session for detailed view (with abstracts and downloads if available).

To join a session click on the session title in the program and click on the blue Zoom button near the top of the session page. Zoom buttons will appear 15 min before a session starts. You must login to access the Zoom sessions and may have to reload the page.

 
 

Session Overview - All times EDT

Register here!


Session
1.2.1: Décoloniser l’Étude des Relations Internationales et du Développement
Time:
Monday, 31/May/2021:
12:30pm - 2:00pm

Technical chair: valerie charest
Location: Room 1

Presentations

1.2.1: Décoloniser l’Étude des Relations Internationales et du Développement

Chair(s): Maïka Sondarjee (Université d'Ottawa, Canada)

L’étude et la pratique du développement et des relations internationales sont dominées par une vision masculine et coloniale du monde. Encore aujourd’hui, les aspects genrés et coloniaux du monde, de même que les femmes racisées comme sujet analytique et comme collègues, demeurent marginalisés. Pourtant, les dynamiques de genre, dans leurs imbrications avec le colonialisme, le racisme et le capitalisme ont toujours façonné l’ordre mondial et la pratique du développement.

Ce panel vise à mettre en lumière et légitimer des vécus, des luttes, des dynamiques et des formes de savoir non occidentaux, puisque le champ d’études du développement ne sera analytiquement complet que lorsque ces problématiques seront lues et enseignées. Les participantes déconstruisent et décolonisent le champ des relations internationales et du développement pour révéler des réalités genrées, coloniales, capitalistes et inégalitaires. La colonialité des études du développement sont ainsi discutées à partir d'une pluralité de positionalités. Les contributions à cette table ronde proviennent d’un livre à venir aux Presses de l’Université de Montréal (PUM): Sondarjee, Maïka (ed), Le Genre du Monde. Enjeux et Perspectives Féministes des Relations Internationales, PUM.

 

Presentations of the Symposium

 

Le corps des femmes musulmanes dans le paradigme de la guerre

Leila Benhadjoudja
Université d'Ottawa

La colonialité constitue le fondement des relations internationales, et son principal angle mort, octroyant à l’Occident la supériorité de développer, dominer et théoriser sur l’Autre. Vis-à-vis de l’islam et des populations musulmanes, la construction d’une altérité radicale s’est construite dans le temps long que plusieurs penseurs décoloniaux renvoient déjà au début de la modernité européenne et la Reconquista. Dans le sillage des travaux de Saïd sur l’orientalisme, de nombreux travaux montrent que cette altérité est largement informée par les politiques raciales, genrées et sexuelles, et sont constitutives de tout un corpus de la philosophie et des sciences sociales européennes. Par ce corpus, le corps des femmes musulmanes devient le théâtre du fantasme colonial (Yeğenoğlu, 1998), un fantasme chargé de violence et de désir de domination toujours présents à l’ère contemporaine.

 

Quand les migrantes haïtiennes se réinventent en France

Sabine Lamour
Université d'État d'Haiti

Les migrantes n’arrivent pas dans un pays étranger totalement démunies. Elles ont d’abord construit l’idée de chercher la vie, terme populaire que les femmes haïtiennes utilisent quand elles laissent le milieu rural pour s’installer en ville ou tentent de partir dans un autre pays. En effet, celles-ci réapproprient, resignifient et revalorisent des éléments de vie déjà construits en Haïti afin de concevoir en milieu migratoire un monde viable dans les situations extrêmes de vulnérabilisation institutionnelle. Les réseaux d’amitiés et d’échanges construits par ces migrantes sont les lieux de construction de nouveaux savoirs et savoir-faire facilitant une insertion diminuée sur le territoire français. L’individu, quel qu’il soit, dispose donc d’une capacité d’imagination et de réinvention de soi en dépit des contraintes auxquelles il fait face. Cette présentation intègre les dynamiques de migration aux études du développement international et des relations internationales.

 

Décolonisation des connaissances et des pratiques de recherche

Leila Celis
UQAM

Beaucoup d’étudiantes en sciences sociales et humaines dans les universités du Nord appartiennent aux groupes dominants et veulent analyser de manière critique les rapports de pouvoir et les injustices vécues par les groupes subalternes et les luttes de résistance de ceux-ci. La situation est la même pour certaines professeures qui ont une attitude critique et solidaire reflétant un engagement intellectuel et social, et qui veulent faire de la recherche sur les rapports de pouvoir et sur les luttes des groupes subalternes. Plusieurs enjeux éthiques et épistémologiques en découlent : qui peut faire de la recherche sur quoi et sur qui ?

 

Potentiel émancipateur et risque de blanchiment des perspectives décoloniales en relations internationales

Celia Romulus
Queen's University

Les perspectives décoloniales sont essentielles pour contrecarrer l’eurocentrisme et la perpétuation des systèmes d’oppression dans le champ des études internationales. L’approche anti-raciste actuelle dans les institutions d’enseignement post-secondaires dénote toutefois un refus de prendre en compte les aspects structurels et structurants du racisme systémique (Henry et al., 2017). Les structures et pratiques au sein des universités reproduisent les systèmes d’oppression en perpétuant le capitalisme racial, en reproduisant les relations coloniales et en faisant la promotion du nationalisme colonial. Cette présentation explore comment le racisme systémique influence la production de savoir sur les relations internationales.